Ministère de l'Equipement, des Infrastructures et des Mines

Sceau de Republique Gabonaise

Lancement du 1er projet de Fer au Gabon à « Milingui »

Logo

Une séance de signature d’un accord-cadre portant sur le projet de Fer de Milingui entre l’Etat gabonais représenté par le Ministre des Mines, Monsieur Christian MAGNAGNA, et la société Havilah Consolidated Resources représentée par son Président, le Professeur Baojin Zhao, tous deux accompagnés de leurs collaborateurs, a eu lieu ce vendredi 02 février 2018, dans la salle de réunion du 9ème étage de l’immeuble du 2 décembre.

 C’est un énième pan de la « Lettre de missions » prescrite par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Monsieur Emmanuel ISSOZE NGONDET, au Ministre des Mines qui vient d’être concrétisé par ce partenariat conclut entre l’Etat gabonais et la société sud-africaine Havilah.

 « le lancement du projet de fer de Milingui cadre fortement avec la volonté du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, de relancer l’économie gabonaise via la diversification de ses ressources… Une volonté, une fois de plus, bien matérialisée par le secteur minier gabonais qui, en sortant d’une activité basée essentiellement sur l’exploitation du manganèse et de l’or, va dorénavant s’attaquer à l’exploitation du minerai de Fer afin de diversifier son activité et augmenter sa contribution aux ressources de l’Etat », a déclaré Monsieur Christian MAGNAGNA.

 Le gisement de fer de Milingui, près de Tchibanga, est le 2ème grand gisement de fer du Gabon derrière Belinga, avec des réserves de l’ordre de 135 millions de tonnes, dont 18 millions de tonnes de DSO, minerai de fer de haute teneur (>50% de Fe).

 Le Ministre des Mines accorde donc un intérêt particulier à ce projet, qu’il veut voir être un modèle d’industrie minière qui favorise le développement économique et social d’une région, notamment à travers l’employabilité des jeunes et le strict respect des normes environnementales. Et pour y arriver, le patron des Mines a rassuré ses hôtes de l’accompagnement dont fera montre son administration en vue de faciliter la réalisation de ce projet.

 De leur côté, les dirigeants de la filiale gabonaise de la société Havilah Consolidated Resources, Havilah Mining Gabon, ont décliné à l’assemblée présente l’approche préconisée du projet de Milingui qui est celle d’un développement intégré des ressources de fer et des infrastructures associées, visant à permettre une entrée en production rapide dès la 3ème année en 2020, avec pour plan d’exécution :

                                                                                                                    

  • La réalisation des études et gestion des impacts environnementaux et sociaux (EIES) relatives au projet, aussi bien en considération de la proximité de deux (2) parcs nationaux, Moukalaba-Doudou et Mayumba, des zones d’implantation d’infrastructures et du corridor de transport que des communautés riveraines ;
  •  La création des synergies avec d’autres secteurs de l’économie, à savoir l’écotourisme, la foresterie et la production alimentaire ;
  • La valorisation des ressources de fer de Milingui par la combinaison des travaux d’exploration dite « avancée » sur des zones historiquement évaluées et l’exploration des cibles nouvellement identifiées en vue d’une évaluation complète des ressources économiquement exploitables ;
  •  La mise en exploitation multi phasée des ressources (phase 1, 2 et 3), ainsi que le dimensionnement et le développement des infrastructures sera fonction du volume de minerai à transporter et donc de la production annuelle.

 Le Professeur Baojin ZHAO n’a pas manqué de ressortir les répercussions positives qu’aura le projet de fer de Milingui sur le plan économique et social gabonais. En effet, ce projet va générer 167 emplois directs et 285 emplois indirects essentiellement issus des sous-traitants, soit un total de 452 emploispendant les phases (1 et 2) de développement de la mine et des infrastructures. Tandis que la phase 3, phase de croisière de fonctionnement du projet, emploiera 500 à 700 personnes.

Son financement total, qui s’éleve à 1 milliard de dollars américains, soit près de 600 milliards de francs CFA, sera totalement assuré par African Minerals Exploration and Development (AMED), qui est un fonds d’investissement ayant par ailleurs dans son portefeuille, le financement de plusieurs projets miniers en Afrique sub-saharienne (Afrique du sud, Namibie, Liberia, etc…).

 Notons que pour une exécution harmonieuse et réussie dudit projet, la société Havilah compte mettre sur pied une équipe pluridisciplinaire relevant de partenariats spécialisés dans chacune des activités à savoir : le forage, les infrastructures portuaires et ferroviaires, les infrastructures de la mine, la transformation et la commercialisation.

Publié le : 12 / 02 / 2018